Construire la paix. Entre Thich Nhat Hanh, Gandhi, Aung San Kyi … et les petits humains

Construire la paix. Entre Thich Nhat Hanh, Gandhi, Aung San Kyi … et les petits humains
Faisons le tour des pages des soi-disant "artisans de paix", car dans cette phase de nouvelle spiritualité nous pouvons ouvrir de nouveaux passages aussi en nous. Même le changement d'énergie dans le corps part d'une écoute silencieuse dont quelque chose provient. Quelque chose de différent qui nous rapproche du bien-être psychologique, qui est combiné avec le bien-être de la planète.
Le moine zen vietnamien Thich Nhat Hanh, grand pacificateur. En 1964, pendant la guerre du Vietnam, il a créé l'un des mouvements de résistance non violente les plus importants du siècle, je Petits corps de paix: des groupes de laïcs et de moines qui se sont rendus à la campagne pour créer des écoles, des hôpitaux et reconstruire les villages bombardés, subissant les attaques des deux prétendants, qui les considéraient comme des alliés de leur ennemi. Avec des discours et des réflexions désormais collectés dans le volume "Au refuge de l'esprit" (Oscar Mondadori, pp. 134 16,40 €) aborde la question dramatique des attaques de11 septembre, Une analyse du rôle agressif joué par les États-Unis dans la lutte contre le terrorisme.

Nous marchons sur le chemin de la politique de spiritualité et rencontrons Aung San Kyi, Prix Nobel de la paix, fervent leader bouddhiste et indomptable de la Ligue nationale pour la démocratie, parti d'opposition à la reine brutale de Birmanie: son dernier livre est "Lettres de ma Birmanie" (Sperling & Kupfer, p. 208, 10,50 €).

Eduquer pour la paix, immédiatement et comme jamais auparavant. Nous présentons les figures fondamentales aux enfants, oints aujourd'hui surpris par le courage et le sourire unis ensemble. "La non-violence est le premier article de ma foi. C'est aussi le dernier article de ma croyance." Ce sont les mots de Gandhi. Dans le livre « La paix » (Edicart, pp.99 euro 15.00) il y a des histoires extraites de discours, phrases, enseignements célèbres, sur le sens de la paix et de la lutte politique sans armes, sinon celles deintériorité et tranquillité d'esprit.

Nous passons ensuite à la facette très utile: "Je veux la guerre et Cercopace", le livre original de Anna Lavatelli (Mondadori, pp. 45 euro 6.00) un conte de fées amusant à lire aussi en classe. Deux pays occupent le devant de la scène sur le champ de bataille: Bovio, gouverné par le présidentissimo Bombardini en conflit éternel avec le monde, et Cercopace, un village habité par des citoyens qui ont appris à vivre en harmonie. Biagio de Tranquillis, ministre des Affaires étrangères de Cercopace, entre en scène.

N'arrêtons pas de jouer, est le premier pas vers l'écoute et l'ouverture à l'inattendu. Une belle paix s'ouvre si vous n'arrêtez pas de jouer. Et vous finissez par apprendre les règles mieux ou encore. Ce qui forme cela pour les gens.