Herbes nocives pendant la grossesse et l’allaitement

Herbes nocives pendant la grossesse et l’allaitement

la période de grossesse et d'allaitementou c'est un moment spécial dans la vie de la femme et pour se protéger et protéger son enfant, elle doit faire très attention à ce qu'elle suppose afin de ne pas courir de dangers.

En fait de nombreux médicaments et de nombreuses plantes contiennent des ingrédients actifs qui passent du corps de la mère au bébé à travers le placenta et peuvent le faire perturber le développement ou causer des problèmes à l'enfant à naître vu sa petite construction.

Même pendant l'allaitement, les substances prises par la mère, bien que naturelles, peuvent passer dans le lait, il faut donc faire attention même à ce moment particulier, en évitant les plantes et herbes potentiellement nocives.

Herbes nocives pendant la grossesse

Le moment le plus risqué reste toujours le premier trimestre de grossesse où il est recommandé éviter tout remède, à la fois pharmaceutique et naturel afin de ne pas interférer en aucune façon avec le développement du fœtus, car le risque est l'influence de substances qui peuvent entraîner des malformations ou endommager les fonctions physiologiques de l'enfant à naître.

Après le premier trimestre, si des problèmes surviennent, comme l'insomnie, c'est bien utiliser des herbes pendant de courtes périodes et toujours sous surveillance médicale.

Pour les maux typiques de la grossesse, comme la constipation, un remède naturel peut donc aider. En cas de constipation par exemple, causée par bébé qui grandit dans le ventre en comprimant l'intestin et rendant plus difficile de vider les selles, nous avons généralement recours à des remèdes naturels tels que laxatif et purgatoire, mais pendant la grossesse, ils sont considérés comme dangereux car ils peuvent provoquer des contractions et des spasmes ce qui pourrait conduire à un avortement ou à une naissance précoce.

Parmi les herbes à éviter donc il y a le nerprun, la rhubarbe, le séné, la cascara et l'aloès qui contiennent des anthraquinones.

L'aloès en particulier contient aloin, principe actif à action laxative purgative, bien qu'il soit possible de l'utiliser sous forme de préparations en gel d'aloe vera où cette substance est éliminée.

Autres plantes éviter Je suis la griffe du diable, hypericum, saule, ginko, ginseng, fucus, grande camomille et uncaria: certains d'entre eux provoquent une stimulation de contractions utérinesd'autres sont des anticoagulants ou sont utilisés pour Minceur, déconseillé car la mère doit prendre du poids.

De nombreuses plantes contenant huiles essentielles, comme, comment la menthe, l'orange amère et le fenouil sont à exclure car trop concentré: en fait le risque de déclencher des allergies o activer sa prédisposition à la croissance de l'enfant.

Même les aliments et les plantes courants tels que la sauge, l'ail, l'artichaut, la réglisse doivent être évités ou contrôlés pendant la grossesse.

Grossesse: dissipons certains mythes!

L'allaitement maternel et les plantes à éviter

Pendant l'allaitement, certains remèdes naturels peuvent passer dans le lait, parfois en changeant seulement la saveur, parfois apportant avec lui des ingrédients actifs et des substances qui ne conviennent pas au nouveau-né.

Pendant l'allaitement, ils doivent être évités plantes antigalattogene comme, comment sauge et artichaut, ou ralentir la production de lait maternel; au lieu de cela, ils peuvent venir à la rescousse après l'allaitement pour arrêter la lactation.

Comment remédier à aider la lactation sont utilisés herbes galactogènes également comme le fenouil qui doit cependant être utilisé seulement comme tisane, car elle contient des huiles essentielles et des substances qui, dans d'autres formats, se trouvent en concentration élevée et, comme mentionné ci-dessus, peuvent déranger les femmes enceintes et allaitantes.

Liste complète des plantes à éviter pendant la grossesse et l'allaitement

Le ministère de la santé a compilé un liste des plantes et herbes à éviter pendant la grossesse et l'allaitement. Dans ces plantes, des effets nocifs, dangereux ou seulement déconseillés ont été constatés pendant la grossesse et l'allaitement.

Les remèdes naturels sont des alliés utiles et excellents contre les maladies courantes pendant la grossesse et l'allaitement, mais ils doivent être bien sélectionnés. La consultation de cette liste du Ministère et le recours à des experts du secteur des herbes pour tout remède naturel pendant ces moments particuliers de la vie est certainement un excellent conseil à appliquer pour la sécurité de maman et de bébé.

Certains remèdes naturels peuvent être utiles ou dangereux selon la quantité prise. C'est le cas par exemple de la réglisse qui n'a pas de contre-indications, à condition que la quantité n'excède pas 300 mg par semaine.

Essayez d'accompagner votre grossesse avec la thérapie florale australienne