Quelle est la loi du karma

Quelle est la loi du karma

"Fondamentalement, je suis convaincu que le karma consiste simplement en des choses que l'on traîne parce qu'il ne l'a pas utilisé correctement", Alors il a dit Mirra Alfassa le 5 novembre 1960.

Le concept de karma appartient, dans sa forme la plus évoluée, aux traditions orientales mais on peut trouver des prototypes de lois karmiques déjà dans les plus anciennes cultures chamaniques et mystérieuses du monde.

La loi des représailles, la loi de cause à effet, le concept d'un cosmos sensible et intelligent qui rééquilibre les événements, sont en quelque sorte présents sous toutes les latitudes.

Le karma est un terme d'origine sanscrit-védique, et sa signification principale est celle de "action», Le Karma yoga signifie en fait le yoga des œuvres, ou plutôt la traduction de l'état suprême de conscience en action.

C'est un concept qui prend la forme d'une loi universelle dans un contexte qui implique la réincarnation ou métempsychose: l'âme, dans les traditions les plus simples, l'emporte, de vie en vie, les effets des actes accomplis dans des vies antérieures, dans un système de représailles et de rééquilibrage qui l'oblige à se réincarner jusqu'à disparition de tous les effets.

Lire aussi Karma yoga, origines, pratique et bienfaits >>

Karma et renaissance

Ce n'est qu'une conception de la loi karmique, seulement un niveau interprétatif qui voit le karma comme une loi inévitable, imposée par un univers quelque peu moral, qui il est basé sur les concepts du bien et du mal: faites le bien et vous recevrez le bien, faites le mal et vous recevrez les effets qui suivent.

Toutes les conséquences des actions entreprises dans des vies antérieures nous obligent à renaître pour rééquilibrer l'univers que nous avons déséquilibré, jusqu'à ce que l'harmonie soit rétablie, avec la possibilité de quitter le samsaraou plutôt du cycle des renaissances et d'une réalité dualiste dans laquelle le mal, la mort et la douleur sont inévitables.

Karma et connaissance de soi

Cependant, il existe d'autres interprétations de la loi du karma. si l'âme individuelle est le Divin lui-même sous une forme représentative et immanente, comment le Suprême peut-il se soumettre à une loi créée par lui?

Partant de cette hypothèseou que l'âme est une étincelle du Divin, il va sans dire que l'âme n'est pas soumise à la loi du karma mais d'autres parties qui composent ses outils d'expression, ou les divers corps subtils qui la couvrent de vie en vie.

Mais si l'âme est le Divin, c'est au-delà de la dualité, au-delà du bien et du mal, des concepts qui ne peuvent y adhérer. Qu'advient-il alors de la loi du karma?

Le karma à ce stade ne représenterait plus une différence potentielle entre le bien et le mal mais entre conscience de soi et de sa loi intérieure (dharma), et inconscience.

Lorsque vous agissez en cohérence totale et en conformité avec votre propre loi intérieure, unique et irremplaçable pour chaque individu, nous sommes en totale harmonie avec l'univers, et donc nous ne produisons aucun déséquilibre que nous serons obligés de rééquilibrer.

Chaque fois que nous agissons poussés non par le moi mais par l'ego, composé de nombreuses fibres karmiques et soumis aux impulsions de la nature inférieure, nous ne sommes pas synchrones avec l'univers, nous agissons de manière cacophonique et les effets de ce désaccord nous poursuivent jusqu'à ce que nous comprenions son secret et tirions le pouvoir de transformer la cacophonie en euphonie.

Le karma comme instrument de liberté

Mais depuis, pour le dire avec Lavoisier, «Rien ne se crée, rien ne se détruit, tout se transforme", Les âmes et les éléments désaccordés ne peuvent pas simplement être coupés ou purgés dans un néant ou un enfer éternel, ils leur sont plutôt donnés possibilités infinies de vous découvrir, d'une manière toujours plus profonde, et ce qui était à l'origine considéré comme une loi impitoyable et imposée, devient un outil de connaissance de soi progressive et enfin, l'antichambre de la liberté qui appartient aux âmes totalement unies au Divin.

Lire aussi Karma yoga, le yoga de l'action >>