Stratégies martiales: attitudes et styles

Stratégies martiales: attitudes et styles

Il arrive souvent, trop souvent, que l'enseignant qui dirige un cours ou une école d'arts martiaux, n'a pas assez de sensibilité pour conduire ses élèves dans développer votre propre style de combat, imposant également le sien.

Mais ce qui est valable pour une personne ne s'applique pas nécessairement à tous: différences de physique, d'attitude et de tempérament prédisposer différentes personnes à différents styles, pour rester dans le même art martial.

Voyons ensemble 5 styles typiques de disciplines de percussion (frappant) et 4 typiques des arts de combat (grappling).

Nous verrons que chaque style a avantages et inconvénients, et tout dépend de qui les applique.

Out-combattant

Voici le style typique de Mohamed Ali. Traduit cela signifie "combattant qui est sorti", hors de la distance d'échange. L'out-fighter est en effet maintenu à une distance de sécurité avec un mouvement continu, un jeu de jambes, des coups en extension comme coup ou coups de pied avant.

Généralement c'est un type athlétique, qui ne cherche pas la solution du pouvoir mais préfère épuiser l'adversaire et à long terme, terminer avec une combinaison. Il est rapide et imprévisible, il doit beaucoup d'entraînement sur le souffle. Manque souvent le coup de grâce.

bagarreur

Style opposé à l'out-fighter: la position n'est pas très mobile, le bagarreur cherche la stabilité pour s'exprimer hits à élimination directe, toujours à puissance maximale. Il n'a pas l'agilité d'esquiver les coups mais les absorbe généralement en apparaissant.

la peu de mobilité le ralentit, mais une fois que l'adversaire entre dans la bonne distance, c'est très dangereux. Peu variable, recherchant rarement des combinaisons.

Arts martiaux: lesquels choisir?

styliste

Le styliste est généralement un niveau intermédiaire et plus complet; il part de la distance de sécurité comme le combattant, mais quand il renifle le bon moment il sait fermer les espaces et frapper fort prendre des risques.

Voici les caractéristiques: d'une part c'est la plus complète, mais il faut se rappeler que il est moins mobile qu'un chasseur et moins puissant qu'un bagarreur.

Incontrista

Le style de l'intervieweur est tout au sujet technique et timing; essaie de frapper l'adversaire avec une contre-attaque, ou attaquer simultanément avec son adversaire.

De cette façon, en raison de la vitesse des deux attaques simultanées qui s'additionnent, la puissance exprimée est suffisante pour produire un KO même si le coup de départ est plus rapide que fort.

Nécessite pindemnité de départ et sentiment de risque car il doit attendre le bon moment pour esquiver au lieu de parer. Connaissance de faux et le regard sont fondamentaux.

En combattant

Voici le style qui était celui de Mike Tyson. Le combattant, ou attaquant, est celui qui il continue de chercher la distance très courte, ne donne pas la paix à l'adversaire, ne le fait pas respirer à nouveau, la tempête d'éclats; connaît de nombreux angles d'attaque et ne dédaigne jamais le contact physique. C'est un style efficace mais il doit avoir beaucoup de souffle, d'endurance et de capacité à prendre des coups, inévitable à une si courte distance.

Je regarderai

Terme portugais pour définir celui qui, dans la lutte sur le terrain, garde l'adversaire dans sa garde. Le tuteur est celui qui aime porter le combat au sol et préfère contrôler l'adversaire en se tenant au sol, en le tenant entre les jambes.

Bien que, d'un œil inexpérimenté, il puisse sembler que l'adversaire au-dessus de lui soit en position dominante, le gardien profitera du fait que ses jambes et ses bras sont libres de le maîtriser ou d'attendre qu'une petite erreur le renverse.

Ils sont généralement requis élasticité, jambes fortes, abdominaux entraînés.

Passeur de garde

Le "chien de garde" part du principe inverse: préfère partir d'un position dominante, avec la gravité en sa faveur, se tenant donc au-dessus de l'adversaire, et de là ouvrent la garde et "passent" dans une position de domination encore plus grande, à partir de laquelle se soumettre ou battre plus facilement l'adversaire plans d'en haut (sol et livre).

Sentiment de posture, d'explosivité et de sensibilité, pression continue et connaissance de divers techniques d'ouverture de garde sont indispensables.

koala

Koala est le joli nom attribué aux lutteurs dont le but est de rajouter le dos de l'adversaire et de là l'épuiser et le dominer, lui donnant généralement un échec et mat avec un suffocation par derrière.

Le koala est généralement rrapide, attentif, il sait anticiper les mouvements adversaires, induire en erreur, jouer sur les mouvements de l'adversaire pour le prendre du côté le plus faible, le dos.

Il est un stratège naturel avec une forte capacité de concentration et peut généralement maîtriser des adversaires plus grands et plus forts.

Chasseur de cheville

C'est le type qu'il préfère attacher les jambes au lieu des bras et de la tête. Il n'a pas peur de se battre contre un adversaire debout depuis le sol, étudiez-les techniques pour attacher les chevilles, les pieds, les mollets, les genoux, les tendons des jambes, généralement très douloureux.

Garde votre tête hors de portée de vos bras (et donc de vos poings); c'est un expert en chutes, sauts périlleux, renversements très rapides, ecclésiastiques et techniciens.

Les blessures les plus courantes dans les arts martiaux: comment les prévenir